5 millions de morts par an : faut-il interdire le tabac ?

cigarettes

La journaliste et médecin Martine Perez demande la prohibition de la cigarette, qui tue davantage que le sida, le Mediator ou la catastrophe de Fukushima.

Y a-t-il une hiérarchie dans les scandales de santé publique et est-ce le nombre de morts qui fait l’ampleur du scandale ? C’est ce qu’affirme la médecin et journaliste Martine Perez dans son livre paru le 15 mai « Interdire le tabac, l’urgence ».

La rédactrice en chef des pages santé du Figaro y prône une prohibition du tabac, une idée déjà suggérée par Jacques Attali. Le principal argument : c’est le fléau le plus mortel de l’époque, et toutes les politiques actuelles sont inefficaces à le vaincre.

Le tabac tue 5 millions de personnes dans le monde chaque année, dont 60 000 en France, soit « le crash d’un avion de ligne sur notre territoire chaque jour ». Il a fait « 100 millions de morts au XXe siècle », plus que le sida et le paludisme réunis, et « pourrait faire 1 milliard de morts au XXIe siècle ». Rien que ça !

Le principe de précaution aux orties

A côté du tabac, les récents scandales sanitaires seraient d’une gravité toute relative :

  • Le Mediator, qui a fait la une des journaux, est tenu pour responsable de 500 à 2 000 décès en trente ans, période pendant laquelle le tabac a fait « 1,8 million de morts ».
  • La catastrophe de Tchernobyl aurait causé le décès par cancer de 4 000 personnes, celle de Fukushima un nombre « bien plus faible encore ». Elles ont pourtant permis d’engager le débat sur la « sortie du nucléaire », alors que personne ne se mobilise pour la « sortie du tabac ». Pourquoi un tel décalage, interroge l’auteur ?
  • Les experts sont divisés sur les antennes-relais, dont « les éventuels dangers paraissent bien maigres » – « si le risque du téléphone portable était autre que négligeable, une explosion des cancers du cerveau aurait dû être observée », écrit-elle. Une position un peu rapide : on manque encore d’études mesurant tous les effets des ondes sur la santé.
  • « Le gouvernement, sous la pression de lobbies écologistes, a cédé à une peur fantasmatique et interdit la culture des OGM », écrit-elle dans un violent réquisitoire. La journaliste vante « les performances » des OGM, à l’heure où en Inde, on s’aperçoit des promesses non tenues de cette culture.
  • « En raison de risques démontrés uniquement expérimentalement et d’ailleurs difficilement, il a été décidé de proscrire le bisphénol A dans les biberons », écrit-elle aussi. Or, une récente étude sur les singes (et non plus sur les souris) vient de confirmer le lien entre bisphénol A et cancer du sein. Il n’est donc pas trop tôt pour appliquer le principe de précaution.

Ce qui pointe derrière cet agacement pour le succès médiatique de ces causes, c’est une attaque du « principe de précaution ». Grâce à ce dernier, inscrit dans la constitution en 2005, des produits susceptibles de présenter un danger pour la santé humaine peuvent être retirés du marché. Alors, comment comprendre que le tabac, à la dangerosité avérée, soit autorisé ?

Les enfants déjà protégés, les pauvres oubliés

Couverture de « Interdire le tabac, l’urgence »

Les fumeurs peuvent plaider leur droit à s’intoxiquer librement, d’autant qu’il est indiqué en gros sur les paquets de cigarette que « Fumer tue ». Martine Perez prétend que les fumeurs ne sont pas libres au nom du « pouvoir hypnotique et chimique du tabac, [qui] transforme une soi-disant liberté en dépendance ». Or le tabac n’a pas plus de pouvoir hypnotique que tout produit addictif.

De plus, si la motivation première du livre est de protéger les enfants, il est étrange qu’il omette purement et simplement de mentionner que la vente de tabac est interdite aux mineurs aux mineurs de moins de 16 ans depuis 2003 et de moins de 18 ans depuis 2010.

Le livre a le mérite en revanche de souligner que « le tabagisme est de plus en plus une addiction des pauvres dans les pays occidentaux et une addiction des pays pauvres ».

Le scandale de santé publique se double d’un scandale social : la hausse des prix du tabac a eu pour conséquence de faire plus fumer les pauvres et moins les riches. Le taux de fumeurs atteint 29% chez les cadres et professions intellectuelles supérieures en 2008 (contre 36% en 2000), mais 49% chez les chômeurs (contre 44% en 2000).

Faut-il faire des fumeurs des délinquants ?

Interdire le tabac dans un horizon de dix ans est réaliste, selon Martine Perez. Des pays comme la Finlande, l’Australie et la Nouvelle-Zélande ont pris le chemin de l’éradication avec deux angles d’attaques efficaces :

  • enlever tout image positive du tabac en uniformisant les paquets de cigarettes,
  • enlever l’envie d’imitation en interdisant totalement de fumer dans la rue.

L’auteur voudrait aussi interdire de fumer aux femmes enceintes, dans une voiture ou chez soi si un mineur s’y trouve. La prohibition totale, telle qu’elle fut appliquée à l’alcool aux Etats-Unis de 1919 à 1933 s’est soldée par un échec : non seulement le nombre de morts lié à l’alcoolisme a monté – les consommateurs s’étaient rabattus sur des produits plus forts, mais en plus l’Etat s’est trouvé confronté à une recrudescence de la délinquance liée au marché noir.

D’ailleurs, l’Organisation mondiale de la santé a choisi de ne pas suivre cette voie : la convention-cadre pour la lutte antitabac, adoptée en 2005, premier traité sur le sujet, prône une réduction de l’offre et de la demande mais exclut toute interdiction, jugée inefficace dans un contexte de mondialisation.

Chez les scientifiques, l’interdiction n’est pas jugée réaliste, comme l’indique une étude du British Medical Bulletin de 2006, intitulée « Tobacco control : present and future », qui conclut :

« Il sera malheureusement difficile de limiter le nombre de morts liés au tabac à 5 milions par an. »

La principale piste suggérée par les auteurs est un changement de législation qui rendrait l’industrie du tabac responsable des décès et l’obligerait à en payer les conséquences. C’est déjà un peu le cas puisque par le Master Settlement Agreement, signé aux Etats-Unis en 1998, les majors du tabac se sont engagées à payer 246 milliards de dollars sur vingt-cinq ans. Autrement dit, à participer au financement de ses méfaits.

 

Source: Rue89



6 commentaires

Messagede Sweetlime » 29/05/2012 21:09

Merci Alkin, effectivement l'article est super intéressant et démontre bien comment mener une désinformation de dimension international; j'imagine même pas les mensonges aux niveaux des états :-?
Avatar de l’utilisateur
CannaWaynaute

Messagede Alkin » 29/05/2012 17:05

Un article très intéressant chopé dans un des commentaires sur Rue89, à lire :

Les conspirateurs du tabac
Avatar de l’utilisateur
Développeur

Messagede riton7 » 27/05/2012 9:09

interdire les opérations marketing des fabricants, oui!
le tabac a fait du chemin depuis la mondialisation, de la gitane aux pink elephant.

Je pense qu'il faut laisser les fumeur partir en fumée si ils le souhaitent. mais avant tout faire de la prévention et soigner ceux qui en ont la volonté.

C'est pas un fléau nouveau, d'antan on fumait sa première cigarette à la communion, la profession de foie ^^
Avatar de l’utilisateur
CannaWaynaute

Messagede azimut » 27/05/2012 9:09

Non, non et non.
Encore loupé !

La question de départ est inintéressante, mais dés que la pensé unique s'en empare on repart dans le n'importe quoi.

Interdire, toujours interdire, la seule et unique solution... C'est fatiguant, vous ne trouvez pas ?

On construit des usines à gaz sur des usines à gaz, les lois, on se cache la face quant à la cause du problème et l'on met un vilain pansement couteux sur les effets.

Qui qui paye ?? Bibi :dunce:
Qui qui rigole, les "majors du tabac" :rofl:
L'amende qu'ils doivent payer représente 10 milliard à l'année, pff, de la rigolade, je vous met en pièce jointe, les résultats pour le Canada et le marché du tabac en 2003, font parties des moins gros...

Laissons aussi ou il est, le principe de précaution.
On le voit bien cela ne mène à rien de bon, cela pousse vers la déresponsabilisation individuelle et par conséquent entretient cette politique de prohibitions, de flicage.

Cela ne pousse pas les gens à se poser les bonnes questions, on préfère leur faire peur et craindre la répressions.
Comme si nous n'étions pas assez responsable et concernés pour comprendre le problème du tabac et agir en fonction de ses propres choix, assumés.

L'éducation de chacun, la fin de l'hypocrisie face au profits mercantile, la liberté individuelle et le libre arbitre sont la seul solution pour arriver à un équilibre stable et pérenne.

Il est illusoire de croire que l'homme est bon envers lui même et il est donc fort probable que cette équilibre passe toujours par un seuil de mortalité du aux consommations excessives des produits proposés.
Mais il est légitime de penser que les générations à venir verront cette mortalité diminuer de façon réelle et définitive, car cela viendra de l'éducation et de l’expérience, et non pas de la peur et de l'obscurantisme.

Aujourd'hui, les idées sont du court termes, on arrive plus à ce projeter pour les générations à venir.
Un met un coup d'eau de javel dans la pièce rempli de merde, ça reste degeu, mais sa sent le propre, et ont ferme la porte, accès interdit.
Bien les gars.

Pour rappel, la première cause de mortalité est de naître... :mrgreen:

tabac.jpg
Avatar de l’utilisateur
Modérateur
» Sujet de discussion